• L'incongruité des "traductions" du Docteur Hitz :

    Selon son "classement" arbitraire, qui donne le n° de page de : Glozel Corpus des Inscriptions (Docteur A. Morlet,  Editions Horvath), au lieu de donner le n° des planches (ce qui serait plus logique)… Or cette Tablette Glo – 71 (avec 8 lignes de glyphes ; où il découvre comme par hasard le mot "Chlausei", pour Glozel en 5ème ligne), est en fait la Planche XLVI, qui a 10 lignes de glyphes. Il n'y a pour ainsi dire pas de traduction (seuls 4 mots supposés, sur 20…, sont soi-disant "traduit"), les mots qui ne le sont pas, sont écrit avec une majuscule, en leurs donnant une orthographe à la manière gauloise…, et sont considérés comme des patronymes et/ou ethnonymes…, les mots en italiques sont incertains, les entre-parenthèses sont des rajouts, suggérés par le "traducteur"..., pour conforter sa pseudo "traduction"…

    Vun T(u)n ………………..Vun Tun (a dédié)

    Camu Eitu-tag……….……à Camu Eitu-tag, (fils d')

    Ekh(e)nhi Kousai……..…..Ekhenhi Kousaios.

    eu tul(u)siec Kikik…….….le toulousain Kikic (est venu)

    nemu Chlausei t(e)ct…...…au lieu sacré de Chlause "Glozel".

    Lap toul(u)siau v(i)nke…...Lapios a vaincu à Toulouse

    Uepa T(u)n…………….…Vepa tun, (fils de)

    L(a)p(i)t(ii) Vetii…………Lapitios Vetios.

    Fig 3 (fig. 53 et/ou 47 p. 112 de son livre) - < 15 : "à l'est" & Fig 4 (fig. 54 et/ou 48 p. 113 de son livre) - < 15a : "La pierre" (un même signe traduit par 2 ou 3 mots… avec un sens différent…)

    Fig 3 & 4 - V : "lève" & Fig 6 & 7 - V : "20" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine… Et que, si c’est de l’hébreu…[jeu de mot], on s’attendrait plutôt à voir des lettres/chiffres hébraïques. Enfin, c’est du chinois tout ça… !)

    Fig 4 - Λ 17a : "dominé" & Fig 6 / 7 - Λ : "40" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine…)

    Fig 3 - X : "rayon" & Fig 4 - X : "50" (un même signe avec 2 sens différents, dont un chiffre sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine…)

    Fig 3 & 4 - 2 croix gammée (l'une dextrogyre, l'autre sénestrogyre) : "Sirius" (un même sens, pour 2 glyphes au sens différent, qui requerraient pourtant 2 traductions…)

    Fig 3 (30) - O avec + à l'intérieur : "le cour du soleil" & Fig 4 (70) - O : "Soleil" (un sens proche, pour 2 glyphes différents qui requerraient 2 traductions…, glyphes 77 & 90 ou 30 p. 112 & 113 de son livre…)

    Fig 3 & 4 (32a) -└ (lu de droite à gauche) : "couché" & (33) - ┘ (lu de gauche à droite) : "grandit" (2 sens différents pour un même signe puisque lu en boustrophédon…), alors que (29) - ┐ : "se couche" (est lu pareillement à 32a pourtant écrit différemment…)

    Fig 3 & 4 (28) - Ͻ : "lune" & Fig 10 - Ͻ : "100" (2 sens différents pour un même glyphe…, alors que dans la Fig 10, un autre glyphe pourtant écrit en miroir - C est bizarrement traduit à l'identique…)

    Fif 4 (38) - T : "feu" & Fig 10 - T : "X (fois)" (2 sens différents pour un même glyphe…, sans compter que cette Fig 10, présentée comme fig. 65 p 124 de son livre, est traduite : 40 + 2 + 100 + 50 + 10 + 50)

       En dehors du fait, que c'est tomber dans la facilité, que de traduire un signe par un phonème et/ou idéographoïde (sic ; mot inventé par Mr Hitz). Lequel "découvre", les 22 mots-code du protoceltique… (pas un de plus, pas un de moins), autant que de lettres dans l’alphabet hébraïque… (Alléluia ! Et le Daven "la prière" est dit…).

    Retranscrit par un / deux voir trois / quatre mots, selon son bon vouloir, afin de mieux cadrer un texte selon une traduction voulue.

    Comme il est tout aussi facile de traduire un glyphe par une consonne, et d'ajouter à volonté au mot, les voyelles que l'on souhaite, afin de trouver un terme qui colle plus ou moins bien avec le texte que l'on souhaite, puis de baptiser le tout à dessein, du nom d'écriture sémitique…, écrite parfois de gauche à droite…(pas comme le sémitique, mais comme l'écriture latine, comme c’est bizarre), avec des "lettres hébraïques" tirées de 5 à 7 alphabets sémitiques de pays (ou régions) différent(e)s… & d'époques différentes…(quels lettrés, linguistes et voyageurs, ces Glozéliens…), plus des lettres grecques, ibériques et j'en passe…, ce n'est pas honnête ni sérieux Mrs Hans-Rudolf Hitz & Herbert Sauren, et ça ne rend pas service à la cause de Glozel. Comme les "traductions hébraïsantes" de Daniel Völter (en 1930), qui n’hésitait pas à rajouter des glyphes…, ou qui prenait des fissures pour des lettres… Or en son temps, Salomon Reinach le disait déjà : - Il n’y a pas une lettre hébraïque à Glozel!

    Pas plus que de "traduire" le glozélien par le latin, comme Mme Marie Labarrère-Delorme (& Camille Jullian de l’Académie française, auteur d’une monumentale Histoire de la Gaule, fit même une tentative scabreuse de traductions en 1926, traduisant des signes en lettres latines selon son bon vouloir, et faisant des transcriptions en latin à l’emporte pièce…), exemple p. 50 & 52 avec une même suite de glyphes traduit différemment… & p. 24 / 25 en leurs donnant une origine différente…, dans : La première écriture de la préhistoire occidentale (1990, Saint-Julien-en-Genevois), en faisant accroire, par des arguties spécieuses historico-bricolées, que l'origine de cette langue est bien plus ancienne que ce que l'on dit. Or malgré ma critique, je dois dire à décharge, qu’une partie de la traduction des glyphes et des nombres est exact, mais que le résultat est controuvé, vu le mauvais choix de langue.

    Mais ces procédés de "traduction" erronés ne peuvent tromper que les béni-oui-oui et autres néophytes.

    L'ensemble de tels travaux par ces soi-disant "spécialistes", se présentant comme professeurs, docteurs, linguistes et/ou philologues, est plus que bancal, et de la véritable poudre aux yeux pour ceux qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez…, ou ne veulent surtout pas prospecter en dehors des sentiers battus, par peur des contradicteurs ou du ridicule (alors qu'en fait, ils sautent dessus à pieds joints).

    Fig. 53 p. 112 (de son livre) :                                          Fig. 3 (sur Wikipédia)

    Se lève, la lune (au-dessus) de la terre,                         Il se lève la lune (sur) la                                                                                  terre,

    (à l') angle 100 + 20 ( ?), (après que) le soleil               (à) l'angle 100 + 20 ( ?),                                                                                    (après) le soleil

    dans l'eau s'est couché, 10 + 4 (jours) la lune               dans l'eau couché s'est.                                                                                    10 + 4 (jours) la lune

    augmente (jusqu'à) la pleine lune (et) décline ( ?)        grandit (jusqu') à la pleine-                                                                  lune. (Et elle) se couche ( ?).

    Se lève le rayon (étoile ?), la lumière, à l'Est,               Il se lève le rayon                                                                                     (étoile ?), la lumière, à l'Est,

    Sirius ; (puis) le soleil est (de nouveau là)                    le Sirius ; (et alors) le                                                                                  soleil est (de nouveau là).

    La lecture de chaque ligne de "glozélien" s'effectue de gauche à droite.

     

    Fig. 54 p. 113 :                                                                Fig. 4

    La pierre (de calendrier) pointe vers la montagne,         La pierre monte sur la                                                                                      montagne,

    (où) on observe le feu (à) l'angle 50 + 20                     (où) se lève le feu (à)                                                                                        l'angle 50 + 20

    (A une) hauteur ( ?) 10 est la lune. La pleine lune         (dans une) hauteur ( ?) 10                                                                              est la lune. La pleine lune

    Domine l'homme : (tous les) 10 + 10 + 8 (jours)           Domine l'homme : (chaque)                                                                     10 + 10 + 8 (journées)

    un sacrifice de sang ( ?) la femme (lui) offre.                un sacrifice de sang ( ?)                                                                                    la femme (lui) offre.

    Sirius, rayonné par le soleil, dans l'eau                          Le Sirius, le cour du soleil                                                                           coupant ( ?), dans l'eau

        (ou p. 101)

    Sirius, le cours du soleil éclipsant, dans l'eau               

    se couche ( ?)                                                                  il se couche ( ?)


    La lecture s'effectue en commençant à la 1ère ligne en haut à gauche, en boustrophédon jusqu'à la 3ème ligne, puis (on se demande pourquoi ?) reprendre la lecture à gauche de la 4ème ligne en boustrophédon (quelle est la raison de cette différence de lecture par rapport à la Fig. 3 ? Si ce n'est bien-sûr pour "arranger" Mr Hitz dans ses "traductions"…). 

    Et je ne m'étendrais pas sur les "chiffres", sans rapport avec les nombres étrusques dont sont tirés les chiffres romains…, alors que selon ce "traducteur", l'époque de rédaction se situe dans la période romaine… C'est d'un déplorable ridicule !

    Vu le parti prix négatif sur Glozel, dans Wikipédia. Il n'est pas étonnant que des "traductions" ubuesques soient données en exemples sur ce site. Ce qui me réconforte, quant à la non présence de mes traductions sur ce "blog" encyclopédique du moindre…

    Suite : 

       J’ai écrit à Mme Juaneda-Calvier, tout le bien que je pensais des "intelligentes déductions" (litote) du Hollandais Daniel Völter, en 1927 : Pages 9 à 20, nous avons la "prose", pompeusement baptisée "Etude de Monsieur Völter", qui commence par lire les écrits de la fig. 330 en déchiffrant de gauche à droite (moi qui croyait que les sémites écrivaient dans l’autre sens), p. 11 ce Monsieur, ancien Théologien…, nous raconte que les sémites de Glozel (& allons donc), se servirent du mot hébreu J’lh : femelle du chamois, pour désigner le renne, n’ayant à l’évidence pas d’autre terme pour le désigner. Alors qu’en est il des Tseboim: "gazelles", de Tabitha / Aku: "antilope", Dorcas / Dishan / Dishon: "gazelle", Orpa / Jaala / Ayalah: "biche", Ophra / Leaphra: "faon" & Jalon / Ayal: "cerf", & pourquoi pas Rosh: "chevreuil", Guedi: "chevreau", ou même Beker: "chamelon" (en hébreu & araméen, voir : - l’Encyclopédie Biblique de F. Reisdorf-Reece), nommés dans l’Ancien Testament, ainsi que le Yakhmour: "Daim" (Deut. XIV : 5) & employés par Salomon dans sa poésie, et soyons sérieux à l’aspect plus ressemblant à un renne qu’au Jael: "chamois". Quant à voir J’lh ou même H j’lh précédé de l’article, dans des lettres enluminées accompagnant des gravures de Glozel, on touche le summum de la crétinerie, fig. 328 le mot est rajouté, fig. 329 & 378 il n’y a pas d’écrits, fig. 336 les lettres de droite & les fioritures ont été rajoutées, fig. 423 l’auteur prend de simples rayures pour des lettres hébraïques (ce n’est pas de l’hébreu c’est du chinois !) etc…. Mais de qui se moquent ces messieurs, avec leurs tartarinades hébraïsantes & autres galéjades de potaches attardés, depuis le colonel de Saint-Hillier (qui y voyait de l’arabe et du phénico-lybien) et F. Butavand (qui combinait le berbère, du phénicien, l’hébreu et même des mots égyptiens).  

    - A mon humble avis, ce personnage, mieux Völter que s’en faire écho ! 

       Comme pour le Disque de Phaïstos, qui est un simple prédécesseur du jeu de l’Oie : cases en colimaçon avec des figures plus ou moins symboliques, selon Jacques Touchet… C’est oublier que sa traduction en proto-ionien par Jean Faucounau (Le Déchiffrement du disque de Phaistos, Éditeur : L'HARMATTAN), est connue depuis 1999 (confirmée par celle de Mathieu Aref en grec-ancien. Quand on pense qu’un farfelu portugais, Ladislav de Souza, prétendait le "traduire" d’après l’hébreu… Encore un, dont on se gausse encore !), il faut dire que de telles élucubrations hébraïsantes font foisons. Dans le dernier arrivage, il y a Gigi Sanna, qui fut professeur de grec ancien (se disant peut-être, que ça peut payer d’aller voir du côté de Glozel), et sa "traduction" d'une tablette sarde de Tzricotu, via l'hébreu (allons donc ! Je dirais même "sarde alors…"), et ce dernier a même des visions, puisqu'il y voit, en jonglant fortement sur la graphie du glozélien, une parenté entre le sardo-cananéen (ça c'est de lui…) et le glozélien (sic)… Exemples ci-dessous, avec des glyphes presque ressemblants…(mais je n’ai pas trouvé mieux !) :

    P. 422 de son livre : - Sardôa Grammata (où il affiche déjà le sujet, avec cette phrase en couverture) : ‘ag ‘ab sa’an yahwh, il dio unico del popolo nuragico (… Yahvé, le dieu unique du peuple nuragique)

    Tab. 4 –

    Segni certi per valore fonetico (j’ai pour la compréhension, rajouté les lettres hébraïques)

    • ᴒ п                                                                    ’aleph (א)

    ••                                                                         beth (ב)

    ̶   (  )                                                                    he (ה)

    ׀  (  )                                                               yod (י)

      (patte gauche + longue)  v                              ’ayin (ע)

    (ʃ / J couché tête à gauche) &

    ( patte droite prolongée à 90°)                         sade (צ)

    Segni non decifrati

    F (en + diagonal)

    -          De moi : Toute personne un temps soi peu censée, peut ainsi constater, que les "exemples" de Sanna comparé avec de l’hébreu, ne sont que des élucubrations !

    p. 562 chapitre 15. A : L’Alfabeto di Tzricotu e dei documenti sardi e quello delle tavolette di Glozel

    Ce "traduttore…" trouve les équivalences sarde / hébreu ci-dessous :

    • ’aleph / א,

    •• beth / ב,

    ׀  (  )  yod / י,

    v ’ayin / ע,

    Λ gimel / ג

    • ᴒ ) hç (he / ה ?),

    (ʃ/J couché tête à gauche) sade  / צ,

     ˫ (en diagonale droite gauche) taw / ת ?

     

    Et page 566, les équivalences Tzricotu / glozélien // hébreu (c’est moi qui rajoute) ci-dessous :

    • ’Aleph // א,

    •• Beth // ב,

    Λ Gimel // ג,

       (Dalet…rien) // ד  

    ( ᴒ ) ں – hē // ה, (je suppose que c’est le • ᴒ ) hç de la page 562…)

    -o o- (les petites queues sont collées au "o") Waw // ו 

    ̸̸̸ ̸̸̸  ̷̷ ̷̷  ║ Zayn // ז,

       (Het…rien) // ח 

       (Tet…rien) // ט 

    ׀  (  ) Y T (en plus diagonal) Yod // י,

       (Kaf…rien) // כ 

       Lamed // ל,

    un genre de ȝ le bas finissant par une sorte de ʕ & une suite de ʍʍ accolés  Mem // מ,

    S  (en plus déformé) Nun // נ,

       (Samek…rien) // ס 

    O ʘ v () ’Ayin // ע,

       (Pe…rien) // פ 

       (Sade…rien) // צ, (alors qu’en page 562, il y a : ʃ / J couché tête à gauche)

       (Qof…rien) // ק 

       (Resh…rien) // ר 

    un genre de ˜˜ plus une sorte de ƨ ou s dont le bas est en queue de spermatozoïde  Shin // ש,

    ˫ (en diagonale droite gauche) t T T y ┴  Taw // ת,

     Comparez avec mes traductions...


    2 commentaires
  • Les comptes de Glozel

    Il y a un mystère sur le nom actuel de Glozel…, tapez sur une calculette : 132019, retournez celle-ci, que lisez-vous ? Quel en est le sens, voici de quoi chercher !

    Propriétés du nombre 910231 (glozel)
    Traversé par la somme: 16
    Factorisation: 7 * 17 * 7649
    Diviseurs: 1, 7, 17, 119, 7649, 53543, 130033, 910231
    Nombre de diviseurs: 8
    Somme des diviseurs: 1101600
    Nombre premier? aucun
    Nombre de Fibonacci? aucun
    Base 2 (binaire): 11011110001110010111
    Base 3 (ternaire): 1201020121021
    Base 4 (Quaternaire): 3132032113
    Base 5 (Quintal): 213111411
    Base 8 (octal): 3361627
    Base 16 (hexadécimal): de397
    Base 32: ROSN
    sin (910231) -0,99666311864848
    cos (910231) 0.081624922210639
    tan (910231) -12,210279552567
    sqrt (910231) 954.06027063284

     

    Propriétés du nombre 132019 (lezolg)
    Traversé par la somme: 16
    factorisation:
    Diviseurs: 1, 132019
    Nombre de diviseurs: 2
    Somme des diviseurs: 132020
    Nombre premier? oui
    Nombre de Fibonacci? aucun
    Base 2 (binaire): 100000001110110011
    Base 3 (ternaire): 20201002121
    Base 4 (Quaternaire): 200032303
    Base 5 (Quintal): 13211034
    Base 8 (octal): 401663
    Base 16 (hexadécimal): 203b3
    Base 32: 40tj
    sin (132019) 0.14754120186574
    cos (132019) -0,98905591032662
    tan (132019) -0,14917377301453
    sqrt (132019) 363.34418944026 

     

    Propriétés du nombre 1042250 (910231 + 132019)
    Traversé par la somme: 14
    Factorisation: 2 * 5 * 5 * 5 * 11 * 379
    Diviseurs: 1, 2, 5, 10, 11, 22, 25, 50, 55, 110, 125, 250, 275, 379, 550, 758, 1375, 1895, 2750, 3790, 4169, 8338, 9475, 18950, 20845, 41690, 47375, 94750, 104225, 208450, 521125, 1042250
    Nombre de diviseurs: 32
    Somme des diviseurs: 2134080
    Nombre premier? aucun
    Nombre de Fibonacci? aucun
    Base 2 (binaire): 11111110011101001010
    Base 3 (ternaire): 1221221200212
    Base 4 (Quaternaire): 3332131022
    Base 5 (Quintal): 231323000
    Base 8 (octal): 3763512
    Base 16 (hexadécimal): fe74a
    Base 32: vpqa
    sin (1042250) 0,99779858722899
    cos (1042250) 0,066317262638274
    tan (1042250) 15,045834938506
    sqrt (1042250) 1020,9064599658

     

    Propriétés du nombre 778212 (910231 - 132019)
    Traversez Somme: 27
    Factorisation: 2 * 2 * 3 * 3 * 21617
    Diviseurs: 1, 2, 3, 4, 6, 9, 12, 18, 36, 21617, 43234, 64851, 86468, 129702, 194553, 259404, 389106, 778212
    Nombre de diviseurs: 18
    Somme des diviseurs: 1967238
    Nombre premier? aucun
    Nombre de Fibonacci? aucun
    Base 2 (binaire): 10111101111111100100
    Base 3 (ternaire): 1110112111200
    Base 4 (Quaternaire): 2331333210
    Base 5 (Quintal): 144400322
    Base 8 (octal): 2757744
    Base 16 (hexadécimal): bdfe4
    Base 32: nnv4
    sin (778212) 0.97371250897868
    cos (778212) -0,22778048612304
    tan (778212) -4.2747845768171
    sqrt (778212) 882.16325019806

     

    Propriétés du nombre 212877 (chiffre ci-dessus inversé)
    Traversez Somme: 27
    Factorisation: 3 * 3 * 7 * 31 * 109
    Diviseurs: 1, 3, 7, 9, 21, 31, 63, 93, 109, 217, 279, 327, 651, 763, 981, 1953, 2289, 3379, 6867, 10137, 23653, 30411, 70959, 212877
    Nombre de diviseurs: 24
    Somme des diviseurs: 366080
    Nombre premier? aucun
    Nombre de Fibonacci? aucun
    Base 2 (binaire): 110011111110001101
    Base 3 (ternaire): 101211000100
    Base 4 (Quaternaire): 303332031
    Base 5 (Quintal): 23303002
    Base 8 (octal): 637615
    Base 16 (hexadécimal): 33f8d
    Base 32: 6fsd
    sin (212877) 0.44376879616358
    cos (212877) -0,89614131449874
    tan (212877) -0.4951995728618
    sqrt (212877) 461.38595557299 

     

     

    - Vituð enn eða hvat?  [vitud en eεda kvat] 

    "Par toi-même en saurais-tu plus ?" (dit la Völuspásaga).

    "Vint tant verrat ce que glandera dru !"

     

     


    2 commentaires
  • Parti pris de Wikipédia :


    1 commentaire
  • Etant donné le parti pris de Wikipédia, dans la rédaction négative de son dossier sur Glozel, constitué essentiellement à charge, principalement d'arguments anti-glozéliens obsolètes 1), présenté comme "nettement plus scientifique" (tandis que les arguments pour sont souvent des paralogismes, selon un certain "120", c.-à-d. Vincent, qui se prétend archéologue & se déclare zététitien… 2). Allant même jusqu'à prendre comme "preuves" des textes écrits avant même la découverte de Glozel 3)… Quelle preuve d’étique !

     

    Il serait surprenant, vu le travail de sape, que cette "encyclopédie libre du Net" (pour ne pas dire "encyclopédie du moindre"), rédigée par des marionnettes dont on ne sait qui tirent les fils en sous-mains ? Et je dis cela pour les néophytes, qui seraient tenté de prendre pour argent comptant et de se référer à ce genre de "dossiers" sans esprit critique, que les rédacteurs de Wikipédia ne prendraient pas la peine de se contredire, eux qui pense (litote) que Glozel est faux, en donnant comme exemples de traductions de Glozel, des auteurs qui seraient  à même de démonter les arguties spécieuses de ces mêmes rédacteurs… Car je démontrerais plus loin la vacuité des traductions, des soi-disant "experts", présentés par les comiques de Wikipédia comme traducteurs possible du Glozélien, tout en disant à longueur de pages que Glozel est une invention du Grand-père Fradin et de son petit-fils Emile.

     

    1) – a : En quoi l'histoire tirée d'un compte rendu sur la perquisition de 1927, au sujet d'une casserole, qui est une contre vérité mensongère, ainsi que les fariboles sur les limes, depuis lors périmées et obsolètes, sont-ce des arguties anti-glozéliennes ?

     

    - b : En quoi les mensonges sur la chlorophylle et les fibres colorées à l'aniline, démontés par les arguments de Morlet p. 125 de « Glozel, Trente ans après » (de Léon Cote), sont-ils puisque démontrés comme faux, des preuves anti-glozéliennes ?

     

    - c : En quoi la jalousies de Peyrony (qui voyait en Glozel un concurrent des Eysies dont il était le directeur), les tractations délictueuses et voltes faces de Capitan (qui aurait voulu s'approprier la découverte), et de Breuil son élève, Vayson de Pradennes qui avait tenté en vain, d'acheter la collection du musée de Glozel (l'aurait-il proposé s'il l'avait cru faux ?), les accusations gratuites de Seymour de Rici, les lettres anonymes de Dussaud (qui le reconnut ensuite) et ses calomnies sur une soi-disant femme néolithique de Glozel (aux seins qui se croisaient, sic), le faux rapport de Bayle, parjure et expert en duperies et ses supercheries, j'en passe des meilleurs, de plus basses et perverses etc., sont-ils des preuves contre Glozel ?

     

    2) Petits échanges sur Wiki avec 120… :

     

    J'imagine que le rapport du Ministère de la culture n'est pour vous qu'un tissu de mensonges destinés à cacher au monde l'éclatante Vérité démontrée par Glozel : l'écriture a été inventée en Auvergne au Magdalénien ! 120 7 mai 2007 à 18:29 (CEST) 

     

    Une phrase de Louis Pauwels et Jacques Bergier dans "Le matin des Magiciens" me paraît ici vraiment appropriée : « Nous vivons sous un régime d'inquisition où l'arme la plus fréquemment employée contre la réalité non conforme est le mépris accompagné de rires ». Óðinn-Hermoðr 2 W. 8 mai 2007 à 09:55 (CEST)

     

    Quel mépris ? Quelle inquisition ? Une phrase de Henri Bloch me paraît ici vraiment appropriée : « Le droit au rêve a pour pendant le devoir de vigilance »… 120 8 mai 2007 à 01:35 (CEST) 

     

    Quel rêve ? Quelle vigilance ? Je ne suis pas un membre forcené des Zététitiens à sa mémère (ni anti-sceptique, ni ex catho logique), comme aurait pu l'être St. Thomas, tel le directeur du Laboratoire de Zététique Henri Broch, car ainsi disait Albert Einstein :

     

    « Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton ». Óðinn-Hermoðr 2 W. 8 mai 2007 à 12:51 (CEST)

     

    Or, contrairement à ce que laisse accroire Wikipédia, Henri Broch n'est pas un critique sceptique du site de Glozel ; il suffit de lire p. 78 de son livre : Au Cœur de l'Extra-Ordinaire dans lequel (édition Book-e-Book), il écrit explicitement : "Glozel n'est pas un coup monté, Glozel est authentique !" 

     

    3) – a : En quoi B. Clément qui publie 2 articles en 1917 (soit bien avant la découverte de Glozel, le 1er mars 1924), est-il un argument anti-glozélien ? 

     

    Moralité : Il n'y a rien de bon à trouver, dans une pseudo-encyclopédie de la vacuité, rédigée par des équipes frileuses de nauséeux, malades de l'hétérodoxie, qui ont la propension à vomir sur tout ce qui les dépassent ; et malheureusement il y a beaucoup trop de choses qu'ils ne comprennent pas, tout en faisant accroire qu'ils en donnent l'explication la plus orthodoxe.

    (à suivre)


    1 commentaire

  •    Lexique:

    - Kake: "remuer / trembler" en dönsk tunga, sens pouvant avoir celui des dichotomies de le lune (masculin en kelto-germain).

    - Llit: "petit", urnordisk Litill, accusatif singulier Litinn (remarquer l'échange L / N comme en glozélien). La syllabe Ti se lit aussi iT, métathèse glozélienne courante ne changeant pas pour autant le sens du mot. Un Ti barré différemment se retrouve Planche XVII - 4. La Lilith hébraïque est la pré-Eve proto-biblique, ancêtre des sorcières, elle symbolise également la lune noire.

    - Lwduß: "lumière", brezhoneg Lou, de Lew: "loup". Λυκογενος / Lukogenos: "né du loup" est le surnom d'Apollon, terme en rapport avec Lug / Loucetios: Dieu kelt de la lumière, aria Lug: "briller / luire", racine probable de Ligure, lexis du Loskna: "lumière" racenna, Lussine arménien, Luz catalan, Luire / Lueur français. En Egypte, l'animal sethien (voir sa représentation page 88 de mon livre-CD), est la stylisation d'un lévrier (race de chien, employé à chasser le loup) et / ou d'un loup noir (le loup éthiopien en descend).

    - Galls: "puissant", du keltisk Wal / Gal: "puissance / force", à l'origine des noms Gaulois / Gallois / Galiciens / Galiléens / Galates / Valaques / Wallons / Welsh. En - 278, des Gaulois fondent Rama en Galilée: "Terres des Gaëls" (selon Tita-Live, Plutarque & lucien).

    - Weg: "voie", Veg/Weg: "chemin/voie" en gotiska.

    - Duĥ: "sombre / noir", keltisk Du / Duh: "noir", ou Dunkel: "obscur" en deutsch, Dark: "sombre / noir" en old english.

    -  Ai: "posséder", Aih: "posséder / être possédant / avoir" en gotiska, à l'origine de l'hébreu Hyh: "être" (d'emprunt luwili / nasili), A: "possède" (le même mot français "avoir" est dû au gaulois), 3ème personne du singulier du verbe Ēga: "avoir" urnordisk.

    - Ak: "champs / domaine", Accus / Akkus: "champs / terrain / domaine" en gaulois et ur-keltisk, qui donna -ac en Bretagne et Occitanie, ou ailleurs muta en ey / y, du fait des peuplements germaniques et de leur métaphonie différente.

    - Sin: "Lune", Nannar Sin: "Déesse de la Lune" à Babylonne, à l'origine du nom du Sinaï, Syn / Sin / Sinia: "vue" appelée aussi Nanna Angurboda: "messagère de malheur / celle apportant les soucis", mère de la 1ère lutte divine en mythologie skandinave. Sin: Déesse irlandaise de Samain, c'est la 7ème nuit de Samain (fête de la fin de l'été) qu'elle fait sa magie (devenue la fête d'Halloween, ou la Toussaint et le Jour des Défunts: fêtes des morts chez les chrétiens), composante du gaulois Stirona / Tsirona: "astre / étoile". Shamash était le Dieu du feu et du Soleil akkadien, appelé Shapash / Shepesh en ugarit.

    - Ingnn: "fille", Inger: "origine / naissance" en urnordisk, et Ingona: "Annu des Angles" surnom des Angles / Ingalon: "juvéniles", et également de Sinia en skandinavie, tusk Jung: "jeune", gaulois Jovinko / Iouingo: "jeune", à l'origine du français Jouvence / jouvenceau / jouvencelle.

    - Kr: apocope du mot Kirqre: "sacré / consacré", Kerkre en gotiska, lexis du Créquier héraldique, et de la koinè Karaguos: "le devin" par le scythe Korakos: corbeau sacré, divin et bienfaisant.

     

       Notes explicatives:

       La voie sombre est la nuit, chemin sélénien qu'emprunte le lune. L'allégorie, appelée Kenning chez le skáld: "poète" nordique, est un ancien procédé poétique de la métaphore, exemple At hringi Ullar: "par l'anneau de Ull" en norrois, désigne "le Lune". Stophe 30 de l'Alvissmál: "dits d'Alviss ("tout savant" un dvergr: "nain")", il est dit:

    "Nott heitir með mönnum        />/    "Nuit s'appelle parmi les Hommes

     Enn niol með goðum            />/     Le sombre parmi les Dieux,

     Kalla grimu ginregin          />/     Le nomment mystérieux les Puissants,

     Olios jötnar                  />/     Sans luminosité les Ogres,

     Alfar svefngaman              />/     Les Elfes sommeil charmant,

     Kalla dvergar draumniörun".   />/     Le nomment les Nains Rêveries".

       Si un poème Skaldique (Nordique), est présenté dans ce texte, genre de poésie qui est l'héritière de l'Eddique (Germanique), c'est que je subodore l'origine de cette dernière, dans celle des Aria (Scansion indo-germanique, grec archaïque et finnoise du Kalevala, ou les Carmina-metrica étrusco-gréco-romains), que les "ovates" glozéliens ont sans nul doute inventé, comme par exemple le "vers long" allitérant sur deux lignes (présent dans les plus vieilles poésies germaniques). Bien sûr, ce n'est pas en une phrase (2 strophes), que l'on peut "découvrir" et tenter d'expliquer un genre poétique, mais je n'en relève pas moins la gageure.

       Pour preuve, ce récit ou les syllabes / digraphes (rarement plus de 8), supposément accentuées sont décomptées en degrés ° (chiffre en début de ligne) comme une mélodie rythmique. C'est pour cette raison qu'est présent Kr (1 syllabe), apocope de Kerqre / Kirkre (2 syllabes), et respecter la métrique (chaîne d'énoncé). Il y a 3 familles de 5 allitérations, et 5 accents (◊), sur 3 i (◊ faibles), et 2 w ( forts), sont présentes 3 rimes: Till et Lls / Nsi à rebours. La fin en Kr, est un retour graphique vers le début en Kk.

    Le Shamann de Glozel

    1) – Ll / Nn: 3 l longs, 1 n bref, 1 n long.

    2) – K / G: 1 kk long, 2 g longs, 2 k brefs.

    3) - les spirantes: 1 ti bref, 1 ß long, 2 s / si brefs et 1 dh long (d, t ou s engloutissent le h / ħ / ĥ).


       Le Shamann (dit "Le Chasseur", en d'autres parutions, mais soyons logique, quel chasseur serait inconscient ou assez stupide, pour traquer un animal dans le plus simple appareil), est un jeune Shamann, le mot vient de Sem-Mù: "exorciste" en sumérien, tirant son origine de Segusum: "ergot de seigle", racine du sanskrit Soma: "pain de mycète hallucinogène", "l'enfant" en mystique brahmane, et de Σόμα / Sôma: "corps / enveloppe corporelle" en grec ancien (retrouvé dans la koinè), ne pas oublier que les drogues hallucinatoires étaient leurs panacées (voir les Planches XXXIX - 2 et XIX – 1 de mon livre-CD).

       Il est positionné comme la Staða: "posture" Le Shamann de Glozelde la Bildrún: "rune image / figure" (rune idéographique), Le Shamann de Glozel / D / Dæg: "jour / espoir / fructification", en MalrunaŔ: "runes parlantes" (classement magique des runes), dite aussi Delling: "lumière" symbolise, l'illumination intellectuelle & religieuse, la vision & l'idée, ainsi que le lemniscate: signe de l'infini, et l'Ass Baldr: "le bon / l'audacieux", de Baldæg: "jour brillant / jour", fils de Nott: "la nuit", et Delling: "aurore", Ass de la paix, fertilité, clairvoyance et de la lumière de l'été, BrĒdablik: "large éclat" (la lune) est sa demeure, il est l'époux de Nanna / Manna: "d'origine humaine" (Manni: veut dire aussi "lune", c'est en magie skandinave un signe de mort, et Manna: signifie également "amour" en urnordisk).

    Le Shamann de Glozel

    Le Shamann de Glozel

         L'œil gauche d'Óðinn est la Lune, son sacrifice ou plutôt sa Sanctification, lui donna sa faculté de sur-vision, et lui permit d'acquérir les runes sacrées. Chez les anciens Egyptiens en kemt, Iâh: "la lune" est un des yeux du Neter: "Dieu" Atoum: "soleil", la Neter: "Déesse" de la lune était Mout / Maat: "la Mère / la mort".

       Dans son ensemble, le Shamann de Glozel symbolise le lune. Il a terrassé un loup, vaincu la lumière (que typifie le loup), la grande fête kelte de Imbolc / Imbolk est d'origine nordique, de Imb: "autour" préposition-préfixe et Olk: "loup", terme traduisible par "loup / lumière domestiqué(e)", commence le 1er février (c'est une fête nordique, d'appel de la lumière lustrale). Symboliquement le loup est rattaché au mythe solaire à qui la Grande Ourse, appelée aussi Eburos: "le sanglier" en keltisk, était consacrée.

       Le loup représente aussi l'initié, sens repris dans les sociétés secrètes. Une autres célébration kelte de la lumière (fin de la lumière de l'été), est la fête de Samain: qui avait lieu le 1er Novembre, c'était la fête royales des intronisations et des grandes assemblées, cette nuit là, la porte entre les 2 Mondes: "la vie / la mort" s'entrouvre. Là Samhna: "jour de Samain" est le "1er Novembre" en irlandais moderne. Samland était naguère le nom de la Prusse-Orientale. Shamash était le Dieu du feu et du Soleil des Akkadiens, appelé Shepesh / Shapash en ugarithe. Dans le Bouddhisme tibétain, le Dalaï Samsara: "l'océan de la Samsara" est le cycle infernal des réincarnations.

       De tous temps, le Shamann fut choisi et formé dans un but religieux. 

        Le présent shamann a la nudité rituelle (la même que les guerriers fauves en état de possession, des Tuatha Dé Danann, et plus tard des Kelto-gaulois, ou des Bersekers skandinaves) et une posture religieuse, il est musclé avec visiblement des pectoraux (que d'aucun sédentaire & casanier, ont pris pour une poitrine), une coiffure ample visiblement apprêtée d'argile (le kelto-gaulois Gliso: "glaise / ambre fondue et malaxée", entre en jeu de mot avec Glinu: "qui s'attache / ambre / éclat", Glad en indo-germanique, Ελεκτρυμ / Elektrum en koinè) et de plumes (signifiant qu'il à la faculté de voler et / ou léviter), des colifichets fonctionnels: un torque et un collier flottant à symbole mammaire (représentatif du culte de la Déesse Mère Suprême et de la voie lactée), comme sera représentée en Asie mineure, l'Artémis Polymastos: "à plusieurs seins", hypostase d'Astarté (de Ostara: "étoile / Vénus" en keltisk, Ichtar: "bas / Nord" en teangorlach, Αστερ / Aster: "étoile" en koinè, Ate / Atheh: "Dieu / Dieux" en nasili.

     

    Le Shamann de Glozel

    Le Shamann de Glozel

       
         

        Son accoutrement vestimentaire, peut être cynégétique (de poils ou plumes, cuir ou écailles), de genre totémique, plus symboliquement de la typification d'un astre ou d'un concept stellaire (le perse Sammah: "la soleil" est le nom de la danse circumnambulatoire des Derwiches), ou de la représentation d'une divinité. Il peut être déguisé, vêtu selon le clan et pour la fonction dont on l'emploie, mais avec un surplus de bijoux, de talismans et d'amulettes, se travestir en homme pour une femme et inversement, ou plus simplement être nu.

     

       Un symbolisme de l'Egypte antique, reprend cette image. Horus jeune l'y est typifié, en triomphateur des grands et petits animaux réputés dangereux, et des forces du mal (comme de l'hippopotame gris: l'animal sethien [de Seth: Seigneur du Ciel personnifiant l'ardeur du Soleil et sa force], qu'il dompte de sa lance).

    Dans ses mains il tient des serpents  et scorpions, les deux pieds sont  sur  des crocodiles (animaux piquant et  mordant, en hiéroglyphe, le  crocodile  symbolise la violence). Le jeune Shamann glozélien tient un poignard ou une pointe de lance de sa dextre, l'autre est fiché  sur  le loup. Le poing gauche est posé  sur  son bas ventre (français d'origine normande, Bite vient du norrois Bita: "mordre").

    Horus: fils posthume d'Isis & Osiris, était comme Seth Seigneur du Ciel devenu son rival, vu sa  puissance  croissante, il deviendra le Grand Dieu du Soleil  et de la lumière du  bien,  reléguant Seth comme étant le "Dieu"  de la lumière négative du désert aride, et de la puissance de l'ombre et du mal. Il lutte sans relâche pour   le  triomphe   de  l'esprit, sur la matière / corps, et de Herou: "lumière du jour", sur le  Rouha: "obscurité du soir".

    Voir la suite, dans mon livre-CD.

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires